Comment apprend le chien ?

La définition de l’apprentissage : lorsqu’un organisme placé plusieurs fois dans la même situation modifie son comportement de façon systématique et relativement durable.

L’animal recueille les informations, les traite, en tire quelque chose et modifie sa conduite de manière durable. Ce comportement adopté suite à un apprentissage est observable dans le temps et systématique, se produit à chaque fois qu’il est placé dans la même situation ou dans une situation similaire.

L’apprentissage est nécessaire à l’adaptation, c’est une nécessité vitale : il faut s’adapter au changement. L’animal est capable, grâce à ses facultés cognitives de s’adapter à une situation nouvelle mais qui présente des similitudes avec des situations déjà apprises.

On conserve (parce que nous aussi nous en expérimentons des apprentissages !) donc en mémoire (trace mnésique) des informations sur les relations souvent constatées ou vécues et on se compose un système de signalisation en conséquence. Quand il manque des morceaux du système habituel, il est possible quand même de donner une réponse et s’adapter au milieu. Et heureusement, parce que la nature est changeante, et il faut bien s’y adapter pour survivre !

Le réflexe conditionné (Pavlov 1912) : quand le réflexe devient conscient. Un réflexe est indépendant du cerveau alors que le terme  » conditionné  » vient d’un processus d’apprentissage, donc du cerveau ! Ce qui était une situation de réflexe devient une stratégie, c’est ce que l’on appelle le réflexe conditionné.

L’apprentissage peut donc être le résultat d’un conditionnement, ou pas. Pour le faire cesser ce conditionnement, il suffit de ne plus répondre au comportement -> l’information stockée s’efface -> on arrive à l’extinction du comportement. Vous avez l’impression que c’est du chinois ? Eh bien, si votre chien mendie à table, et que vous ne lui donnez plus rien. Au bout de quelques temps, il ne mendiera plus !

Laisser un commentaire