Le chien et le conditionnement

Il y a 2 types de conditionnement : le conditionnement opérant et le conditionnement répondant.

Le conditionnement répondant : est dit associatif, physiologique (Pavlov)

SI = stimulus inconditionnel = présentation de la nourriture
RI = réponse inconditionnelle (physiologique) = salivation devant la nourriture
SN = stimulus neutre placé devant RI = exemple : une sonnerie

Le SN devient après répétition SC (=stimulus conditionnel), SN se transforme après répétition en SC
SN remplacé par SC, à quoi on ajoute un renforcement ( par exemple la nourriture)
SC (stimulus conditionnel) est suivi de RI (réponse inconditionnelle) AVANT l’apparition du renforcement

On ne demande pas à l’animal de faire un choix, d’élaborer une stratégie, mais de répondre à un stimulus

Expérience 1 :
On commence par un SI (qq chose qui stimule l’un des sens et va déclencher une action), on présente de la nourriture, suivi de rien et précédé de rien
On constate de la part du chien une RI (réponse inconditionnelle), purement physiologique = salivation devant la nourriture

Expérience 2 :
On place un SN (stimulus neutre), une sonnerie par exemple, juste avant la production de RI (nourriture) en même temps que la production de la nourriture

=> après plusieurs répétitions, on s’aperçoit que ce qui était le stimulus neutre devient le stimulus conditionnel -> en relation avec ce qu’on propose -> une condition pour le déclenchement de la réponse. On pourrait donc se passer de la nourriture pendant un certain temps, la sonnerie seule suffit à déclencher la salivation.

=> C’est un comportement répondant, car le chien ne fait que répondre, c’est inconditionnel, physiologique même

Le renforcement :

Si, par exemple lors de l’exercice de rappel, on donne au chien une récompense, croquette ou autre lorsqu’il est revenu, on fait un renforcement. On met en place un conditionnement répondant qui fait que les fois suivantes, quand on lancera le mot qui correspond au rappel, ce son sera associé au biscuit, et le chien revient. Il a associé un signal tout à fait artificiel (le rappel) à quelque chose d’agréable pour lui.

Le conditionnement opérant (ou instrumental) : élaboré par Skinner.

Dans ce type de conditionnement, c’est le sujet qui va sélectionner lui même les opérations qui lui sont favorables (= les bonnes) après en avoir testé les opérations qu’il effectue au hasard.

Apprentissage essais – erreurs : l’animal fait d’abord de mauvais choix avant de trouver le bon

L’expérience de Skinner :
Une boite insonorisée (soit sans aucun stimulus extérieur) avec différents instruments (leviers, poussoirs, etc.) qui apportent des réponses, sous forme de courant électrique ou de grain de blé. L’animal (ici un rat) va au hasard appuyer sur tel ou tel objet, ce qui va déclencher une réaction électrique ou faire tomber de la nourriture.

-> l’animal choisit, il est opérant, il modifie son environnement lui même en utilisant la bonne commande

-> l’animal a plus d’autonomie dans le conditionnement opérant que dans le comportement répondant

Le renforcement se fait lui même, puisqu’il fait tomber un grain de blé mais on peut, là aussi, renforcer un comportement qu’on souhaitait, qu’on avait prémédité et que le chien a trouvé tout seul après plusieurs essais – erreurs

=> dans ces 2 types de renforcement, le chien est soit actif (conditionnement opérant-> il agit) soit passif (répondant-> il répond)

Laisser un commentaire